Ief et Education non violente

Le rôle de l’éducateur donc celui de parent, est primordial pour la construction de l’enfant. le développement  cérébral et même total de l’enfant, beaucoup du contact avec les parents. Maria Montessori parlait de guider l’enfant, de le respecter, de ne pas le dominer mais de le guider, de ne pas le contrôler mais d’essayer de le comprendre.

Qu’es- ce que éducation et la communication non-violente?
L’Éducation non violente est celle qui refuse l’autoritarisme, les châtiments corporels, les paroles blessantes ou humiliantes, qui refuse aussi les punitions et récompenses, les compliments à outrances (souvent dans un but indirect de contrôler).
Mais l’Education et la communication non violente c’est aussi celle qui approuve ma bonté, l’amour inconditionnel (sain bien sûr), le respect total de l’enfant, qui cherche des solutions aux problèmes dans un cadre coopératifs multi-age au sein de la famille, qui s’informent sur le développement et le fonctionnement cérébral de l’enfant pour mieux le comprendre et mieux le guider. Les parents ne sont pas des chefs autoritaires mais des guides. Les parents ne sont pas des contrôleurs mais des vecteurs d’amour.

Comprendre le développement de l’enfant:
Choisir la pensée Montessori comme base paraîtrait alors logique pour le bon développement de l’enfant.
Montessori parlait de l’éducateur et des parents comme devant considérer l’enfant avec un profond respect, nourrir la relation de confiance, d’amour, de qualité (et pas de futilité) , de respect des périodes sensibles et de répondre aux besoins affectifs, physiques, psychiques (c’est à dire, les besoins émotionnels et intellectuels ) du bébé, du bambin, de l’enfant et de l’adolescent. Elle parlait aussi de l’importance du contact et du regard qui doivent être en quelques sorte empathiques.
Elle énumérait les avantages de la confiance et du respect mutuel, des paroles échangées,  ainsi que l’importance de l’environnement et de l’ambiance (calme, ordre, joie, activités constructives…).

Se comprendre soi-même pour mieux comprendre ses enfants
Coopération, écoute, empathie, sympathie, pas de punitions ni récompenses, pas de châtiments corporels ni d’humiliation, adaptation de l’environnement, respect intégral de l’enfant, de ses besoins, de ses rythmes. Tous ces principes quelques peu divergeant de la majorité des foyers peu parfois réveiller certaines blessures chez des parents. En travaillant l’empathie envers soi même on peut soigner des blessures.
Certains auront peut être à pardonner à leur parents plus ou moins de faits; D’autres ayant eu la chance de grandir dans une famille saine se sentiront plus légers de leur choix car n’auront pas de souvenirs douloureux.
En fonction des témoignages et au fil de mes lecture j’ai réalisé qu’il arrive donc parfois même faire les parents devront faire face à leur passé respectif d’enfant, parfois faire face à ses blessures durant la période scolaire (paroles dévaluatrices d’enseignants, moqueries d’élèves, notes non avantageuses malgré les efforts fournis, bousculades récurrentes, brutalité vue et subit, parfois harcèlement subit…).  Il faut être prêt à parfois y faire face dans la paix envers soi même et les autres, pardonner.

« L’enfant est le constructeur de l’homme, et il n’existe pas d’homme qui n’ait été formé par l’enfant qu’il a été. Maria Montessori, livre l’esprit absorbant de l’enfant

La non-violence: un choix
Aujourd’hui de nombreux parents font le choix de sortir du cliché des punitions, des humiliations et des châtiments corporels, des récompenses, pour offrir à leurs enfants la liberté dans un juste cadre formé de limites avec bienveillance, de plus en favorisant un bon développement cérébral, en favorisant l’empathie ainsi qu’ une ambiance saine et sereine, parfois même en choisissant des modes d’apprentissages et d’instruction favorisant l’épanouissement de leurs enfants.
C’est un grand travail de patience que de pratiquer la communication non-violente est même de maitrise de soi, de respect de ses besoins et de ceux de notre conjoint et de nos enfants. Une vrai mission:concilier  et écouter les besoins de chacun de manière empathique. Mettre en place des limites sans menaces, sans violence ni verbale, ni physique; mais trouver des solutions dans la paix, la conciliation, la réconciliation (on pratique la pardon), la coopération.
Car il est clair qu’en faisant ce choix de parentalité bienveillante, de communication non-violente, on devra toujours face aux remarques négatives des gens lorsqu’ils voient qu’on n’utilise ni punition ni récompense, et qu’on développe l’écoute. Surtout ne pas entrer dans des débats mais favoriser un dialogue dans la paix serait une bonne solution, ou simplement éviter de répondre aux paroles décourageantes et/ou désinformées des autres.
Dans la bienveillant , on agit et on parle avec sagesse le plus constamment possible.
Comme il est dit dans la Bible :  « Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. »Proverbe 31, 26-27

« La préparation de l’éducation est une étude de soi même, et la préparation d’un être qui se destine à aider la vie implique beaucoup plus qu’une simple préparation  intellectuelle, c’est une préparation du caractère… » Maria Montessori, livre l’esprit absorbant de l’enfant.

Découvertes  en neuro-sciences :
La communication non-violente et la bienveillance s’appuie sur des découvertes logiques faites en neuro-sciences, appuyées par des études scientifiques fiables.
Ces découvertes étaient faites et dites il y a environ 100ans. Et pourtant elles  ne sont pas désuètes. En effet, de nos jours les recherches et les (re) découvertes en neuro-sciences confirment cela dans le domaine cognitif et affectif de l »enfant, dans son développement et son apprentissage., pour sa présente vie d’enfant et la vie d’adulte qui s’ensuit.
Il donc essentiel de s’informer, se renseigner et progresser dans la parentalité bienveillante et la communication non-violente.

« Il nous faut nous éduquer, si nous voulons éduquer. » Maria Montessori, livre l’enfant

Respect les rythmes et les besoins de l’enfant

Il est important de respecter intégralement l’enfant, si fragile, si innocent, si dépendant de nous, cherchant notre soutient, essayant de se construire. De plus , se formant dans l’environnement dans lequel il grandit, cela devient  essentiel d’adapter et sécuriser cet environnement. L’enfant cherche sécurité et affection au sein de sa famille. Il traverse des périodes des périodes sensibles, mais aussi bien des frustrations. Son cerveau est en pleine élaboration de synapses, en construction (plasticité cérébrale intense), dans toute l’enfance, plus particulièrement la petite enfance, avec un pic autour des 2ans. Mais cette construction cérébrale se poursuit dans toute l’enfance, puis l’adolescence, même à l’âge adulte mais de manière moins élaborée et intense (expliquant notamment, la difficulté d’apprendre une nouvelle langue ou un nouvel instrument entre autres).

« Il est vrai qu’il faut apprendre à comprendre le langage de l’âme en formation, comme tout autre langage-, si nous voulons connaître les besoins de ces petits êtres, et bien comprendre l’importance de ces besoins pour cette vie en développement. Le respect de la liberté de l’enfant consiste à l’aider dans ses efforts pour grandir. » Maria Montessori, livre l’enfant dans la famille

« Nous devons nous efforcer de mieux comprendre la personnalité de l’enfant. Avant toute chose, le premier devoir de l’éducateur, qu’il s’occupe d’un nouveau-né ou d’un enfant plus âgé – consiste à reconnaître et à respecter la personnalité humaine de cet être nouveau. » Maria Montessori , livre l’enfant dans la famille

« …Nous provoquons une agitation désespérée qui culmine dans des pleurs « sans raison », pleurs d’enfants, dont nous aveugles, ne tenons pas compte, comme nous ignorons le sourire heureux qui couronne l’assouvissement d’une nécessité spirituelle. Et cela arrive au commencement de la vie, quand les impressions sont particulièrement délicates et que l’on commence à peine à distinguer les premiers mouvements de l’âme humaine.  » Maria Montessori, livre l’enfant dans la famille

« La base autour de laquelle agissent intérieurement les périodes sensibles, c’est la raison. » Maria montessori, livre « L’enfant »

Se passer de punitions:

« Mais on sait que rien ne peut corriger le caprice de l’enfant; aucune exhortation, aucune punition n’est efficace. C’est comme s si l’on faisait un discours à un homme qui aurait de la fièvre, pour lui démontrer qu’il vaut mieux être bien portant, en le menaçant du bâton pour faire tomber la température. » maria montessori, livre l’enfant
La Bible, Ephésiens 6,4: « Et vous pères, n’irritez point vos enfants, mais nourrissez-les sous la discipline, et en leur donnant les instructions du Seigneur. »

En citant justement Ephésiens 6, 4 un auteur dit « Les corrections et les semonces sont manifestement des moyens d’influencer les autres en partageant sa propre expérience , sa sagesse et son savoir. Elles révèlent de l’autorité fondée sur l’expérience et non de l’autorité fondée sur le pouvoir qui vise à dominer les autres. » Thomas Gordon, livre Eduquer sans punir, apprendre l’autodiscipline aux enfants.

 

Continuer ces recherches:

Des astuces pour pratiquer la bienveillance et la CNV 

une vidéo de « famille épanouie »sur comment faire face aux critiques
des livres sur la CNV :

Aimer nos enfants intentionnellement, communication non violente
Comment éveiller vos enfants à se placer sous le regard de Dieu ? Comment les rendre à la fois autonomes, solides et responsables face au monde qui les entoure ? Comment créer une relation de confiance et de coeur-à-coeur avec vos enfants ? Chaque enfant possède un besoin de liberté réel. Le nier peut aller à l’encontre de la relation de confiance qui s’est tissée entre les parents et l’enfant. Pour autant, un équilibre doit être trouvé pour que l’enfant apprenne à gérer cette liberté tout en sauvegardant les relations qui le construise. Au travers d’exemples concrets, cet ouvrage propose plusieurs solutions et outils pratiques pour aider les parents à se mettre à l’écoute de leurs enfants et les guider dans la mise en place d’une relation structurante et saine, où la punition prendra de moins en moins de place. Dans la perspective des programmes de communication non violente, Danny et Sheri Silk ouvrent ici une nouvelle voie qui vise à découvrir les bienfaits d’une éducation dans la joie et la plénitude du Seigneur Jésus, tant pour les parents que pour les enfants. « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. » 1 Jean 4, 18

L’enfant
L’originalité et la modernité des idées de Maria Montessori éclatent dans ce livre qui constitue la meilleure introduction à son oeuvre. Dans un style clair et concis, la grande éducatrice italienne y expose les principes et les méthodes d’une éducation fondée tout entière sur « le respect de la personnalité de l’enfant ». Aider l’enfant à exprimer son individualité, lui donner les moyens de développer le meilleur de lui-même dans le respect de sa nature, tel est le rôle de l’éducateur et telles sont les voies de l’éducation nouvelle. « Aller à la découverte de l’enfant », « réaliser sa libération », ce projet ne cesse, depuis près d’un siècle, d’inspirer théoriciens et praticiens de la pédagogie.

J’ai tout essayé
Opposition, pleurs et crise de rage : traverser sans dommage la période de 1 à 5 ans. Les parents ont tendance à interpréter les comportements excessifs ou énervants des enfants comme des manifestations d’opposition, de mauvaise volonté, d’insolence. D’autres se culpabilisent et cherchent le traumatisme. Et s’il y avait d’autres causes ? Les récentes découvertes de la neurophysiologie et de la psychologie expérimentale éclairent d’un jour nouveau ces comportements exaspérants.Dans cet ouvrage : Des dessins qui parlent à tous, Des éclairages scientifiques pour mieux comprendre et des directions nouvelles pour agir concrètement selon son âge.

Des livres sur le développement cérébral:

Serres-moi fort: comment élever les enfants avec amour?
Ce livre écrit avec un humour particulier, parfois presque triste, pour interpeller sur la necessité de répondre aux besoins des bébés et enfants, d’être à leur écoute et de les respecter.
Décrit l historique de l éducation, aide a comprendre d’où viennent les croyances si répandues sur les punitions, et comment y remédier. Les descriptions de certaines études scientifiques vraies et de découvertes anthropologiques, les explications du fonctionnement du cortex pré-frontral sont stupéfiantes! Il y a un rejet catégorique des punitions, elles mêmes basées sur des expériences mauvaises de « pédopsychiatres » qui n’y connaissaient rien en matière de développement cérébral de l’enfance.
Un résumé des différents aspects de la parentalité positive et de l éducation non violente avec une vision très positive et respectueuse de l enfant.

L’enfant dans la famille
Ce livre rassemble les textes inédits d’une série de conférences données en 1923 à Bruxelles sur ce thème. Maria Montessori propose à sa manière un guide à l’intention des parents et éducateurs, pour éviter toute incompréhension ou tentation d’autoritarisme.

Pour un enfance heureuse:
Les dernières découvertes scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau bouleversent notre compréhension des besoins de l’enfant. Elles démontrent qu’une relation empathique est décisive pour permettre au cerveau des enfants et des adolescents d’évoluer au mieux, en déployant pleinement ses capacités intellectuelles et affectives.
Catherine Gueguen fait partager ces découvertes et propose des conseils éducatifs pour les parents et les professionnels. Un véritable plaidoyer en faveur d’une éducation bienveillante qui remet en cause nombre d’idées reçues.

Publicités

Citations pédagogiques

Voici quelques extraits de textes de pédagogues ou de personnes étant impliqué pour favoriser le respect de l’enfant, le droit à l’instruction dans la bienveillance et bienséance de et pour l’enfant.
Extraits non exhaustifs. L’idéal étant de lire, se documenter et s’informer sur l’éducation bienveillante , l’instruction, les recherches, les découvertes et progrès en la matière.
J’ai choisis de classer ces quelques citations par thème, et ai pris soin de mentionner l’auteur et la source.

En bas de la page vous pourrez trouver une liste d’article mentionnant quelques-uns des livres d’où sont extraits ces passages.

Confiance:

« Sans affection, pas de confiance, sans confiance, pas d’éducation. » Don Bosco 1815-1888, prêtre italien qui a voué sa vie à l’éducation des jeunes enfants de milieux défavorisés.

Bonté:

« Pour former le caractère aussi bien que pour enseigner , la bonté doit être le principe dominant: elle est certainement le mobile le plus puissant. On peut certes obtenir des résultats par crainte ou quelque autre moyen; mais pour intéresser l’esprit et former le cœur, aucune influence n’est plus durable que l’affection: elle est la voie la  plus aisée pour atteindre les fins les plus hautes.  »
Pestalozzi (1746-1827), dont le nom, et des résumés de ses travaux sont souvent cité dans des livres de Maria Montessori

« La véritable éducation ne méconnaît pas la valeur des connaissances scientifiques ou littéraires; mais au-dessus du savoir elle met la compétence; au-dessus de la compétence, la bonté; au-dessus des acquisitions intellectuelles, le caractère. Le monde n’a pas tant besoin d’une grande intelligence que d’hommes au noble caractère (grande bonté).
Ellen G. White  (1827-1915) chrétienne américaine ayant milité pour la vie familiale, la santé et l’éducation.

L’amour (dans le respect total):

« Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez. » Maria Montessori (1870-1952) décalogue de l’éducateur

« Tout le travail qui s’élabore selon les lois de la nature et met en harmonie affleure à la conscience sous forme d’amour. C’est si l’on peut dire, le contrôle du salut et le signe de la santé. » L’amour n’est pas la cause mais l’effet; ainsi les astres reçoivent la lumière d’un astre majeur. C’est l’instinct qui est le moteur , la poussée créatrice de vie,; en réalisant la création, il engendre l »amour; l’amour emplit, par conséquent, la conscience de l’enfant; sa création se fait à travers l’amour.
Cette poussée irrésistible , qui unit l’enfant aux choses pendant les périodes sensibles, est bien l’amour de l’ambiance. Ce n’est pas l’amour au sens où on l’emploi communément pour exprimer un sentiment émotif; mais c’est un amour de l’intelligence qui voit, absorbe et construit en aimant. Ce guide, qui force les enfants à observer, on pourrait le désigner d’une expression dantesque : « l’intelligence de l’amour.
C’est bien une forme de l’amour, cette possibilité qu’à l’enfant d’observer avec une telle minutie, une telle véhémence tout ce qi l’entoure, et d’y découvrir ce qui nous échappe, à nous, qui sommes déjà atteints.  N’est-ce pas un caractère de  l’amour cette sensibilité qui fait voir aux autres ce que d’autres ne voient pas, qui recueille des détails que d’autres n’aperçoivent pas, et qui apprécie des réalité cachées, que seul l’amour fait découvrir? L’intelligence de l’enfant absorbe en aimant et non pas avec indifférence. »
Maria Montessori, texte  tiré du livre « l’enfant »

« Nous devons nous efforcer de mieux comprendre la personnalité de l’enfant. Avant toute chose, le premier devoir de l’éducateur , qu’il s’occupe d’un nouveau-né ou d’un enfant plus âgé, consiste à reconnaître et à respecter la personnalité humaine de cet être nouveau. » Maria Montessori (1870-1952) l’enfant dans la famille.

« Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez. » Maria Montessori (1870-1952) décalogue de l’éducateur

« On ne peut éduquer par principe, par programme, mais seulement par amour, cet amour dont saint Paul nous dit « Il prend patience, il rend service, il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretien aucune rancune, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité, il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout. (voir La Bible, 1 corinthiens 13 ,47) Don Bosco 1815-1888, prêtre italien qui a voué sa vie à l’éducation des jeunes enfants de milieux défavorisés.

Développement (harmonie du développement et périodes sensibles):

Dieu a donné à l’enfant une nature propre et ce faisant a fixé certaines lois de développement définies tant pour la vie du corps que de  l’âme. Celui qui a don en charge le développement doit obéir à ces lois. Si l’on ne s’y tient pas, l’on s’écarte du principe qui assigne Dieu comme guide à l’enfant; car on a alors perdu le contact avec les lois que Dieu lui-même a établies. » Maria Montessori (1870-1952) livre quinze pédagogues, idées principales et textes choisis

« Si l’enfant n’a pas bu obéir aux directives de sa période sensible, l’occasion d’une conquête naturelle est pardue, perdue à jamais. » Maria Montessori (1870-1952), l’enfant

Ambiance et environnement

« Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il fasse ce qu’il voudra, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement. Maria Montessori (1870-1952) préface à la pédagogie scientifique

« Le but de l’éducation est très simple, c’est de l’aider (l’enfant) à développer tout ce qu’il porte en lui, et en même temps, à s’adapter à son temps et son milieu ».  » Madeeine Danielou (1880-1952, fondatrice d’une école privée  pour jeunes filles

« Les notes et les classements sont toujours une erreur. «   Celestin Freinet , tiré de la liste des invariant de sa méthode

« Le but de l’éducation n’est pas dans la conformation, mais dans la créativité. » Madeleine Danielou, 188°-1956, fondatrice d’une école privée pour jeunes filles et de la communauté saint françois xavier.

Individualité et autonomie (accompagnement):

« L’individualité de chaque enfant est mise en contact avec la réalité même et, au contact de cette réalité, le raisonnement et l’intuition s’activent, qui conduisent, au-delà de la connaissance, la découverte. L’enfant, dans la joie de raisonner, de suivre son intuition, travail tout seul avec enthousiasme dans cette concentration libre où il ne craint pas d’être interrompu ni critiqué car il sait que son travail est se concentration seront respectés, il réalise ainsi la construction de sa personnalité. » Maria Montessori (1870-1952)

Les punitions et les récompenses:
« Les punitions sont toujours une erreur. Elles sont humiliantes pour tous et n’aboutissent jamais au but recherché. Elles sont tout au plus un pis-aller.  »
Celestin Freinet , tiré de la liste des invariant de sa méthode

« Il ne s’agit pas d’abandonner l’enfant à lui-même pour qu’il fasse ce qu’il voudra, mais de lui préparer un milieu où il puisse agir librement. Maria Montessori (1870-1952) préface à la pédagogie scientifique

La nature enseigne:

« La nature, pour qui est attentif à ses enseignements, rayonne. Le monde est un livre d’études, la vie est une école. L’harmonie de l’homme avec Dieu et la nature, la puissance universelle des lois divines, les conséquences du péché ne peuvent que marquer l’esprit et le caractère. Voilà les leçons que nos enfants doivent apprendre. Pour les touts-petits, qui ne savent pas encore lire ou ne peuvent aller à l’école, la nature est là,  source inépuisable d’enseignements et de délices. » Ellen G. White  (1827-1915) chrétienne américaine ayant milité pour la vie familiale, la santé et l’éducation.

Rôle de l’éducateur:

« Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez. » Maria Montessori (1870-1952) décalogue de l’éducateur

« Pour former un nouveau type d’éducateur, celui-ci doit, au lieu de la parole, apprendre le silence, au lieu d’enseigner, observer, au lieu de se revêtir d’une dignité orgueilleuse qui veut paraître infaillible, se revêtir d’humilité. » « Traitez toujours l’enfant avec la plus grande politesse et offrez-lui le meilleur de ce que vous possédez. » Maria Montessori (1870-1952) pédagogie scientifique tome 2

« Nous devons nous efforcer de mieux comprendre la personnalité de l’enfant. Avant toute chose, le premier devoir de l’éducateur , qu’il s’occupe d’un nouveau-né ou d’un enfant plus âgé, consiste à reconnaître et à respecter la personnalité humaine de cet être nouveau. » Maria Montessori (1870-1952) l’enfant dans la famille.

« La préparation à l’éducation est une étude de soi-même, et la préparation d’un être qui se destine à aider la vie implique beaucoup plus qu’une simple préparation intellectuelle, c’est une préparation du caractère et une préparation spirituelle ».  » Maria Montessori (1870-1952) l’esprit absorbant de l’enfant

« L’éducation devient alors concrète, au sens étymologique , concret signifiant littéralement « qui croît avec ». Tout éducateur a le moyen de vérifier au jour le jour sa propre foi et le degré de pureté de sa mission: l’enfant est là qui le renseigne et l’enseigne. » René Voetezl, 1912-1986 petite pédagogie chrétienne pour la fin du XX siècle

Livres sur la méthode Montessori 

livres sur la pensée Montessorienne

livre quinze pédagogues idées principales et textes choisis:

livre « riches enfouies » édité chez Mathurin Cordier

 

 

législation sur l’instruction en famille

Protocole additionnel à la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales
tel qu’amendé par le Protocole n° 11

« Paris, 20.III.1952

Intitulés d’articles ajoutés et texte amendé conformément aux dispositions du Protocole n° 11 (STE n° 155), à compter de son entrée en vigueur le 1er novembre 1998.

Article 2 – Droit à l’instruction

Nul ne peut se voir refuser le droit à l’instruction. L’Etat, dans l’exercice des fonctions qu’il assumera dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement, respectera le droit des parents d’assurer cette éducation et cet enseignement conformément à leurs convictions religieuses et philosophiques. »

source: http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Treaties/Html/009.htm

 


Autres textes de lois français par thèmes:  http://laia.asso.free.fr/textloi.html

sur le site de laia vous trouverez les textes de lois sur:
L’obligation d’instruction en France
L’Instruction En Famille
Les allocations familiales
Les sanctions
L’obligation scolaire : la circulaire
Les connaissances requises pour les enfants non scolarisés


les associations pour l’instruction en famille:

http://www.lesenfantsdabord.org/

http://www.laia.asso.free.fr/

http://cise.fr/

Protéger le droit à l’IEF

voici des pétitions que l’on peut signer pour le maintien du droit et de la liberté de faire l’instruction en famille (appelée aussi « école à la maison ») en france:

http://www.citizengo.org/fr/signit/34390/view

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Au_gouvernement_francais_dans_son_ensemble_CONTRE_LA_PROPOSITION_DE_LOI_Ndeg_3704_du_27_avril_2016/?feQTMgb&pv=4

http://www.citizengo.org/fr/34417-le-retrait-du-projet-loi-ndeg-3704-du-27-avril-2016?dr=196174:6aa48d9b414c8fea2bef5d7ca51b1649&mkt_tok=eyJpIjoiTlRnek1qWTFaalkyWkdZNSIsInQiOiJKSDBZakllRXBWRWhBcVQ4aWR4NndPTlR2NjNsbDJmamVmdExkSk0wZU5pem1tTW1DbTFsTEpwS2UxXC9WSEd5a2NPOVNkVkpEajhCR2FtQVAzbWU1eW1rUTVVSWlVNGIza3BnNEZ1VjZrdnM9In0%3D

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Tout_public_Sauvegarder_la_liberte_pedagogique/edit

Montessori :
A la suite de Itard puis Séguin etc, sa « méthode » est un grand pas sur le chemin de la parentalité bienveillante, le respect intégral de l’enfant, l’éducation à la paix, l’épanouissement et l’apprentissage personnel, le contact social.

« L’intervention dans le travail est toujours un obstacle qui interrompt l’impulsion intérieure de l’expression ».

« Le rôle premier de l’éducation, c’est d’agiter la vie, tout en lui laissant la liberté nécessaire à son développement. »

« A partir du moment où un enfant se sent sûr de lui, il ne cherche plus à ce que ses actes soient approuvés par les adultes qui l’entourent. »

« car l’enfant est véritablement un miracle, et ce miracle devrait être perçu par l’adulte ». livre l’esprit absorbant de l’enfant

« chaque découverte sur la mentalité de l’enfant de cet age doit être observée afin de lui venir en aide pour une meilleure adaptation à son milieu »

« nous devons nous rappeler que: l’éducation des deux premières années a une importance pour toute la durée de la vie; que l’enfant est doué d’une puissance psychique dont nous ne nous rendons pas encore compte; qu »il a une extrême sensibilité, laquelle à la suite de violence, provoque, non seulement une réaction, mais des défauts qui peuvent subsister dans la personnalité. »

« mais le développement mental doit être relié au mouvement et dépendre de lui.  » livre l’esprit absorbant de l’enfant

« Ainsi, nous ne devons entraver aucune activité de l’enfant, même si elle nous semble absurde ou contraire à nos désirs, à condition naturellement, qu’elle ne soit pas dangereuse. »

« Il existe donc deux tendances , l’une à développer la conscience par l’activité dans le milieu, et l’autre à perfectionner et enrichir les conquêtes déjà obtenues . Cela implique que la période comprise entre trois et six ans est une période de perfectionnement constructif. »

« Les années déterminantes après la naissance sont celles dont nous nous sommes occupés. Pendant les deux ou trois premières années,, maintenant que nous les envisageons du point de vue du caractère, nous pouvons dire que les influences peuvent altérer le caractère de l’enfant pour sa vie à venir: s’il a éprouvé quelque traumatisme ou quelque expérience violente, ou s’il a rencontré des des obstacles importants durant cette période, des déviations peuvent en résulter. »

» A l’école il n’est pas permis de copier; et on considère comme un faute d’aider un camarade plus faible….  » le bien devrait surgir de l’aide réciproque, de l’union découlant de la cohésion spirituelle… »

sur le contrôle de l’erreur: « Combien il est important de découvrir soi même les erreurs que l’on commet, afin d’être capable de les contrôler. Une des plus grandes conquêtes de la liberté psychique , c’est de se rendre compte que nous pouvons en commettre et que nous pouvons les reconnaître et les contrôler sans l’aide de personne. »

Pour en savoir plus sur la méthode montessori, il y a ses livres toujours édités: https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=maria+montessori&rh=n%3A301061%2Ck%3Amaria+montessori

 

Freinet: 

La pédagogie Freinet s’intéresse à l’enfant, il est au centre. On doit à l’enfant un grand respect de sa personne. Pas de punitions, ni de compétition, autonomie, et coopération sont de mises. Pas de notes mais une communication évaluant les acquis.
Extraits de la liste des invariants.

« L’enfant n’aime pas le travail de troupeau auquel l’individu doit se plier comme un robot. Il aime le travail individuel ou le travail d’équipe au sein d’une communauté coopérative.  »

« On ne peut éduquer que dans la dignité. Respecter les enfants, ceux-ci devant respecter leurs maîtres est une des premières conditions de la rénovation de l’Ecole.  »

« Les punitions sont toujours une erreur. Elles sont humiliantes pour tous et n’aboutissent jamais au but recherché. »

«  L’enfant ne se fatigue pas à faire un travail qui est dans la ligne de sa vie, qui lui est pour ainsi dire fonctionnel. « 

Etudes sur l’apprentissage et l’IEF

des études sur les styles d’apprentissage, et sur l’instruction en famille:

une étude canadienne à télécharger gratuitement blog école des amours

une étude canadienne : 15 ans plus tard, témoignages des adultes canadiens diplomés de l’école-maison

une étude française

une étude canadienne info sur le unschooling « ses points forts vs ses points faibles »

L’instruction en famille permettrait aux enfants de bien dormir et d’avoir une meilleure santé; car le manque de sommeil favorise notamment le surpoids , l’irritabilité et l’interruption d’ un cycle de sommeil (le réveil technique n’étant pas un réveil naturel) surtout chez le tout petit,  entrave par conséquent les phases de tri cérébral.

De nombreux avantages à l’IEF

une étude statistique belge cite la source canadienne ci-dessus

des études sur les styles d’apprentissage ou des domaines (matières)

des études belges listées ci-dessous:

Ecole entrave t’elle ou non le mécanisme d’apprentissage?  

l’Italie, les étudiants ne connaissent plus leur langue

france, plus de 9 parents sur 10 veulent une autre école

 

deux façons d’apprendre?

Petite anecdote citée ci-dessous (en italique) sur les établissements scolaires des systèmes (source de la citation en cliquant ici)

Les mauvaises habitudes apprises à l’école (un résumé d’un ancien enseignant)

 

 

« Les enfants passent 4 000 heures par an, en position assise dans un « espace » d’environ 1 mètre carré au sol ! Cela représente plus de 70 000 heures jusqu’au baccalauréat. Et celui qui fera des études supérieures aura passé près de 100 000 heures assis, tout cela sans compter le temps passé aux devoirs et examens !!

Les vingt premières années de la vie, faut-il le rappeler, le corps des enfants est en plein développement. Il doit patiemment attendre que les cours finissent pour se remuer un peu. D’une salle à l’autre.. et encore ces rares bouleversements de l’immobilité scolaire sont encadrés au plus serré. Le désordre des intercours est limité à son maximum. Certains préconisent même de réduire encore le déplacement des élèves, pour faciliter la gestion des salles et l’organisation des cours. Tout un programme !

Bien que les témoignages laissent parfois songeurs quant à la façon dont l’école traite des enfants en difficulté scolaire, ce n’est pas un film contre l’école mais plutôt un film pour la faire évoluer et faire remonter aux responsables de cette noble institution, le vécu de ceux qui ont souffert de ses méthodes. »